Gaspillage alimentaire
Quel impact sur la planète ?

Mercredi 26 mai 2021

image

1,3 milliards de tonnes d’aliments comestibles sont perdus ou gaspillés chaque année, soit 1/3 de la production mondiale. Ce chiffre affolant, rapporté par la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture), illustre l’urgence du problème du gaspillage alimentaire.

En quoi le gaspillage alimentaire participe-t-il concrètement au changement climatique ?

La production de ces aliments, l’acheminement vers les points de ventes et le traitement des déchets sont des activités qui émettent des gaz à effet de serre et contribuent donc au réchauffement de la planète.

Répartition sectorielle des émissions de gaz à effet de serre

Pour l’ensemble de ces sources d’émissions, l’empreinte carbone du gaspillage alimentaire est estimée à 3,3 gigatonnes d’équivalent C02. (A titre de comparaison celle de la France est de 749 Mégatonnes, soit presque 5 fois moins). Au niveau de l’utilisation des ressources naturelles, cela signifie que 6% des prélèvements d’eau mondial et 30% des superficies agricoles du monde sont utilisés chaque année pour produire de la nourriture perdue ou gaspillée.

En moyenne, les pertes et gaspillages ont lieu à 54% en amont de la chaine et à 46% en aval.

En amont, on y trouve la production, la manutention et le stockage. Sur ce segment, l’agriculture est évidemment la première source de pollution en raison des nombreux gaz à effet de serre (GES) relâchés, mais également d’ammoniac qui contribue largement aux pics de pollution en formant des particules fines.

En aval de la chaine, ce sont les activités de transformation, distribution et consommation qui sont responsables des émissions avec notamment le transport et le traitement des déchets (incinération, méthanisation, enfouissement). Cette deuxième phase est d’autant plus critique que plus la perte ou le gaspillage d’un aliment intervient tard, plus cela est responsable d’un impact important en raison de l’accumulation des émissions. Cet enjeu est donc l’affaire de tous, de la fourche à la fourchette.

Gaspiller une baguette de pain équivaut à

140g de CO2

Une ampoule allumée 24h

1km en voiture

1 baignoire d'eau remplie

Gaspiller un steak de boeuf français (100g) équivaut à

1,4kg de CO2

Une ampoule allumée 10 jours

10km en voiture

10 baignoires d'eau remplies

L’ensemble des processus de la chaine alimentaire participent donc à l’augmentation des GES présents dans l’atmosphère. Or, la Terre reçoit en permanence l’énergie du soleil et rejette en contrepartie un rayonnement infra-rouge. En raison de l’augmentation des GES, une partie de ce rayonnement est piégée, ce qui provoque une hausse de la température terrestre.

Afin d’atteindre les objectifs fixés par les Accords de Paris et limiter le réchauffement de la planète à 2°C, il est nécessaire de réduire le gaspillage alimentaire de 50 % d’ici 2025.

Sources : FAO, Représentation permanente de la France auprès de l’ONU à Rome, Ministère de la transition écologique