Les incidences du gaspillage sur la sécurité alimentaire

Vendredi 18 février 2022

sac-epicerie-aliments-legumes

La pénurie ne correspond pas à une absence totale de denrées mais à une quantité insuffisante pour couvrir les besoins de la population entière.

La pénurie touche aujourd’hui plusieurs aliments essentiels comme le blé. En effet, un épisode de fortes chaleurs a eu un impact sur les récoltes de blé au Canada et en Europe, qui est le second producteur de blé dans le monde. En 2021, la production mondiale de blé aurait diminué de 13 millions de tonnes. En Europe, des pluies abondantes ont également fait chuter les récoltes : 7,3 millions de tonnes étaient prévues pour un besoin de 9,5 millions.

Ces évènements climatiques ont également touché les récoltes de légumes verts en France et ont engendré une production décevante. De plus, la pénurie de blé a entraîné une hausse des prix, plus attractifs pour certains agriculteurs, préférant produire plus de blé que de légumes verts.

Enfin, et de manière non exhaustive, la pénurie alimentaire touche le domaine de la pêche, qui est exploité de manière non durable. En effet, 88% des poissons sont surexploités, en voie d’épuisement ou déjà épuisés. Vous trouverez ici un article sur les impacts négatifs de la surexploitation. 

Incidences sur les prix de l'alimentation : de multiples facteurs en jeu

Comme vu précédemment, ces pénuries alimentaires entraînent une hausse des prix et cela touche toutes les étapes de la chaîne d’approvisionnement. En effet, la demande est en hausse suite à la reprise économique alors que l’offre est en déclin, et cela représente une opportunité pour les offreurs de faire monter les prix.

Les intempéries et la surexploitation ne sont pas les seuls facteurs ayant une incidences sur les prix de l’alimentation, mais nous retrouvons aussi la hausse des prix du carburant, de l’énergie, du carton, ou du plastique par exemple.

Depuis  un an, de nombreux aliments de base subissent une inflation record. Le tableau ci-dessous montre les pourcentages d’évolution des prix sur différents types d’aliments.

Menaces pour la sécurité alimentaire

Selon la FAO, la sécurité alimentaire correspond à l’accès a toute personne et à tout moment à une alimentation suffisante pour une vie active et en bonne santé.

En 2020, 811 millions de personnes ont été touchées par la faim. L’insécurité alimentaire ne touche pas seulement les pays du tiers-monde, mais aussi les pays développés tels que la France. En effet, 3,5 millions de personnes se trouvent dans une situation d’insécurité alimentaire en France.

L’insécurité alimentaire peut avoir des origines différentes et implique une population diverse telle que les foyers monoparentaux, les foyers à bas revenus ou encore les personnes ayant un emploi précaire. Ces chiffres sont en augmentation et l’inflation accentue l’insécurité alimentaire en France et dans le monde.

Réduire les pertes et le gaspillage et sécuriser une alimentation suffisante

Selon la FAO, au niveau de la production, réduire les pertes avant et après la récolte est le début de la réduction du coût des aliments nutritifs, et cette baisse des prix pourra accroître l’accès aux denrées alimentaires aux populations.

Ceci peut également s’appliquer à l’échelle du consommateur, à la fois au sein des ménages et dans la restauration. Réduire les pertes et le gaspillage permet de réaliser des économies significatives à l’année. En effet, le coût du gaspillage alimentaire en France s’élève à 16 milliards d’euros par an.

Adopter un système alimentaire plus durable et réduire le gaspillage de 50% à tous les niveaux de la chaîne d’approvisionnement permettrait des économies de 8 milliards d’euros par an qui favoriseraient la sécurité alimentaire en France.

D’après Statista, le secteur de la restauration et des ménages représentent la plus grande part de gaspillage en France, suivi de près par la production. Pour renforcer la durabilité des systèmes alimentaires, il est nécessaire d’innover pour s’assurer de l’efficience de la démarche de réduction du gaspillage.

Sources : fao.org, lafranceagricole.fr, banquealimentaire.org, senat.fr, mer-ocean.com, francetvinfo.fr, ouest-france.fr, linternaute.com, telegramme.fr, lavoixdunord.fr, lecourriercauchois.fr