La pénurie d'eau et les
impacts du gaspillage alimentaire

Mercredi 29 septembre 2021

eau-robinet-e1585574917185

La pénurie désigne de manière générale une situation dans laquelle la demande en eau est supérieure à la disponibilité dans la région ou le pays, et ne concerne pas uniquement l’usage domestique mais comprend tous secteur confondu.

La carte ci-dessus représente la répartition mondiale de la disponibilité en eau douce. Les réserves souterraines sont suffisantes pour satisfaire la demande mondiale mais leur répartition est inégale. La pénurie d’eau touche aujourd’hui 700 millions d’individus à travers 43 pays dans le monde. Mais en 2025, elle touchera près d’1,8 milliard d’individus, et près de 5,2 milliards d’individus (soit près de 2/3 de la population mondiale) se trouveront en situation de stress hydrique. 

Les causes de la pénurie d'eau

La pénurie d’eau est engendrée par des causes naturelles telles qu’une absence de nappes phréatiques ou de cours d’eau dans une région, ou encore des années de faibles précipitations. Elle trouve également son origine dans la faiblesse des ressources économiques d’un pays ou d’une région pour installer des infrastructures adéquates pour le prélèvement et la distribution d’eau. 

Mais cette pénurie d’eau est en partie causée par une interruption du cycle de l’eau par les activités anthropiques. Parmi ces dernières, nous retrouvons le développement important des infrastructures hydrauliques, le développement des infrastructures liées à l’amélioration du niveau de vie, l’usage industriel et l’expansion des zones irriguées.

Augmentation de la consommation d'eau et gestion non durable

Il existe de nombreux secteurs ayant recours à une consommation d’eau importante, tel que l’usage domestique ne représente que 10% de l’utilisation des ressources mondiales en eau douce. L’usage industriel représente 20% et l’agriculture en représente 70%, sachant que 90% de cette eau n’est pas renouvelable

De plus, selon la FAO, la demande d’eau mondiale devrait augmenter de 50% d’ici 2050, notamment à cause de la croissance démographique (donc la croissance de la consommation de nourriture), de l’amélioration du niveau de vie et des effets du changement climatique. 

Les aliments et leur empreinte hydrique

L’agriculture et l’élevage composent le facteur le plus important lié à la consommation d’eau dans le monde, en raison de l’irrigation des cultures, l’abreuvage des animaux depuis leur naissance et l’irrigation des cultures destinées à l’alimentation de ces animaux. 

En conséquence, les aliments que nous consommons peuvent détenir une empreinte hydrique élevée selon leur type. 

L'impact du gaspillage alimentaire sur la pénurie d'eau

La restauration ne représente qu’un pourcentage de la chaîne de production mais le gaspillage n’y est pas moindre. Il représente en moyenne en France entre 15 et 20 tonnes par an et par restaurant selon l’ADEME. Le gaspillage a des conséquences économiques et environnementales, et parmi celle que nous connaissons nous retrouvons l’empreinte carbone ou la consommation d’énergie, mais l’empreinte hydrique reste encore peu mentionnée. Gaspiller des aliments aujourd’hui revient à gaspiller de l’eau dans la perspective d’une expansion de la pénurie d’eau.  

Même si les bonnes pratiques peuvent sembler négligeables face à la consommation d’eau dans le secteur de l’agriculture, c’est d’un point de vue éthique qu’il est nécessaire de les pratiquer. Adopter des bonnes pratiques contre le gaspillage alimentaire dans la restauration est un moyen de lutter contre le gaspillage d’eau.

Enfin, pour freiner l’aggravation de la situation et réduire la consommation d’eau dans l’agriculture, adopter des techniques d’irrigation plus efficaces et cultiver des aliments moins gourmandes en eau ont été les meilleures solutions envisagées lors du 8ème Forum Mondial de l’Eau.

Sources : FAO, Organisation mondiale de la santé, un.org, ademe.fr, cieau.com, latribune.fr.